Jeux

Ginkgopolis (Funforge) : découverte du jeu de société

Dernière nouveauté de la rentrée pour Funforge, Ginkgopolis est récemment arrivé dans ma boîte aux lettres. Et malgré les contraintes de déplacements actuelles, j’ai réussi à rassembler 3 amis pour découvrir Ginkgopolis de manière optimale ! L’auteur du jeu est Xavier Georges.

Comme d’habitude, je vous mets une petite vidéo pour comprendre de quoi on parle. Et je tire mon chapeau à l’auteur de celle-ci qui explique vraiment tout et de la plus claire des manières.

Je voudrais mettre en avant quelques points de règles (également visibles dans la vidéo) :

  • Si vous posez une tuile d’une différente couleur que celle en dessous, il faudra rendre une ressource à la réserve.
  • Si la tuile supérieure a un numéro plus petit que la tuile inférieure, vous payez la différence en points de victoire à la réserve générale.
  • Les ressources que vous placez sur les tuiles doivent provenir de votre réserve PERSONNELLE qui est cachée derrière votre paravent.
  • Les ressources de la réserve GENERALE sont récupérées grâce aux bonus de cartes placées devant vous.
  • Vous récupérez autant d’éléments (tuile, ressource, point de victoire) que la hauteur du bâtiment désigné dans le cas où vous jouez la carte SEULE du bâtiment que vous ciblez.
  • Vous récupérez autant d’éléments (tuile, ressource, point de victoire) que la hauteur du (ou des) bâtiment(s) adjacent(s) lorsque vous jouez une carte urbanisation avec une tuile.
  • N’oubliez pas de glisser les cartes associées aux nouvelles tuiles posées dans la défausse pour y avoir accès une fois que la défausse sera la nouvelle pioche.
  • N’oubliez pas les bonus permanents (cartes avec une flèche noire placées devant votre paravent) auxquels vous avez droit dans les cas d’exploration, urbanisation et de construction en hauteur.

Comme le signale le vidéaste, le paravent présente quasiment l’ensemble des règles et en apparence l’iconographie ressemble à des hyéroglyphes la première fois mais en réalité c’est extrêmement clair une fois que la première partie sera terminée.

Sur la partie gauche vous retrouverez les différentes actions de départ possibles (carte seule ou carte avec tuile), sur la partie centrale, ce que cela aura pour conséquence et sur la partie droite vous retrouverez les infos de défausse ou non et quels bonus se déclencheront.

Il est très important de saisir cette iconographie à l’arrière du paravent pour comprendre le jeu. Je regrette cependant qu’il n’y ait pas de texte pour accompagner ces iconographies, surtout qu’il y avait selon moi encore pas mal de place.

En jouant à 4 joueurs, on a pu remarquer que sur la fin de la partie c’était clairement une véritable guérilla pour réduire à néant certains quartiers dominés par des joueurs et c’est là que réside toute la puissance du jeu dans son endgame : réussir à conserver une présence forte sur ses quartiers et si vous arrivez à isoler des tuiles adverses, vos ennemis feront sans nul doute la gueule.

Il faudra au moins 3 ou 4 parties pour être bien au fait de tous les tenants et aboutissants du jeu et profiter à fond de la belle expérience ludique proposée par le jeu.

Du point de vue du matériel de jeu, pas grand chose à dire, c’est assez qualitatif et joli. Notons que les chantiers (pions gris) visibles dans la vidéo sont légèrement différents dans la version de 2021 reçue de la part de l’éditeur.

Au final, Ginkgopolis est un très bon jeu qui sous son apparente complexité recèle en réalité un jeu très accessible et stratégique. Plus vous serez nombreux (jusqu’à 5), plus la ville risque d’être un joyeux bordel de contrôles de quartiers.

Acheter le jeu sur le site de la FNAC (45€) ou Philibert ou Playin by Magic Bazar

À propos de l'auteur

Guillaume Ghrenassia

Guillaume Ghrenassia est autoentrepreneur en rédaction de contenus, blogueur et pigiste sur plusieurs médias. Il a plusieurs passions dont les jeux vidéo, les séries TV, les BD et mangas, la musique, le luxe et est également un grand épicurien.