Jeux

TEST de Crash Bandicoot 4 : It’s About Time

J’ai joué au dernier Crash Bandicoot 4 : It’s About Time sorti il y a quelques jours grâce à un code envoyé par l’éditeur sur XBOX One S All Digital (jeu dispo aussi sur PS4) en solo et il est temps de vous faire part de mon bilan.

Synopsis

Les sournois Neo Cortex et Dr N. Tropy sont parvenus à s’échapper de leur prison interdimensionnelle, ouvrant un trou aussi gros qu’eux dans la fabrique de l’univers. Ils sont maintenant bien décidés à conquérir non seulement cette dimension, mais TOUTES les dimensions, et c’est à Crash et Coco qu’il revient de sauver le multivers. C’est à N. Sanity Beach qu’ont commencé les aventures de Crash, et c’est là que débute Crash 4. Mais il y a eu de nombreux changements depuis que les joueurs ont découvert N. Sanity Beach il y a des années, et tout au long de Crash 4, vous remarquerez des changements non seulement du jeu, mais aussi du style artistique.

Expérience de jeu

Ces dernières années, une réédition de la trilogie de jeux originels était sortie, que j’avais achetée et qui était terriblement dure. Ici, il en est de même. Le jeu est atrocement difficile (et absolument tous les médias sont unanimes à ce sujet) et je dois reconnaître que quand j’étais dans les tout derniers niveaux du jeu et qu’un bug m’a fait faire un Out Of Bound où je ne pouvais pas mourir pour repop au checkpoint, j’ai arrêté l’expérience ici. Cela ne m’empêche cependant pas de vous parler de tout ce qui compose le jeu. Si vous n’avez jamais joué à un Crash Bandicoot, ça n’a pas d’importance pour découvrir le jeu.

Parmi les problèmes majeurs du jeu : la perspective qui fait qu’on ne voit pas toujours où va atterrir notre personnage quand il saute sauf au dernier moment ou presque. On a bien un halo qui indique où est sensé atterrir le héros mais c’est terriblement complexe à observer. Et j’ai absolument détesté les murs fléchés sur lesquels marche Crash dans certains niveaux.

Cependant, le jeu offre la possibilité de nous aider un petit peu dans notre quête avec deux modes de jeu : rétro et moderne. Ce dernier nous donne les vies infinies, déploie des checkpoints plus nombreux quand vous galérez avec des morts à la pelle et vous offre des masques de protection de plus en plus puissants là encore si vous mourez en continu (sauf pour les boss où vous n’avez absolument aucune aide). Oui j’ai parfois fait près de 90 morts sur un niveau.

On retrouve les bases standards du jeu : saut, double saut, tourbillon, glissade et face contre terre. Mais l’expérience est enrichie par de nombreux nouveaux masques de pouvoirs et la possibilité de contrôler 4 autres personnages et leurs spécifités techniques d’attaques et de déplacements.

Pour les masques, on en retrouve 4 avec les fonctionnalités suivantes : apparition/disparition d’éléments du décor, méga-tourbillon, ralentissement du temps et inversion de la gravité. Il n’est pas rare de devoir manipuler plusieurs masques au sein d’un même niveau.

Le game design est donc adapté autour de ces 4 masques sur certains passages du jeu. Par exemple, des objets mobiles très rapides se tiendront au milieu de votre chemin et vous aurez besoin de faire un ralentissement du temps (très éphémère) pour passer.

Parmi les autres personnages jouables on retrouve Coco qui possède les mêmes actions que Crash. Mais surtout on retrouve Neo Cortex avec un pistolet permettant de transformer en pierre ou trampoline les ennemis, Tawna qui a un grappin pour éclater des cibles lointaines ou accéder à une plateforme éloignée, et Dingodile qui a un pistolet aspirant et un système de saut lié à ce dernier qui remplace le double saut des autres persos.

On se retrouve alors avec une large palette de personnages à contrôler dont on aimerais parfois se passer pour se concentrer sur Crash.

Il faut quand même reconnaître que le jeu est terriblement beau.

Bien évidemment, on retrouve une quantité folle de bonus et niveaux bonus en fonction de vos skills sur les niveaux : récupération de gemmes, pommes, destructions de caisses… Si vraiment vous souhaitez faire un 100% alors préparez-vous à une aventure de plusieurs dizaines d’heures.

Crash Bandicoot 4 est donc un jeu de plateforme qui mettra vos nerfs et vos réflexes à rude épreuve. Mais si le challenge ne vous pose pas de problème alors foncez.

À propos de l'auteur

Guillaume Ghrenassia

Guillaume Ghrenassia est autoentrepreneur en rédaction de contenus, blogueur et pigiste sur plusieurs médias. Il a plusieurs passions dont les jeux vidéo, les séries TV, les BD et mangas, la musique, le luxe et est également un grand épicurien.