Festivals Musique

Ricard, poulet basquaise et Les lacs du Connemara [Sziget Festival 2015 1/4]

Le 9 août 2015, Blitzr quittait la France pour la Hongrie et partait à la découverte du meilleur festival d’Europe : le Sziget Festival sur l’île d’Obuda à Budapest au milieu du Danube. Martin Le Guillou, développeur chez Blitzr et Guillaume Ghrenassia qui a permis la mise en place du partenariat entre Blitzr et le Sziget Festival, représentaient la start-up bordelaise à ce titre.

A propos du Sziget Festival

C'est bien moi au milieu. Photo Martin Le Guillou

C’est bien moi au milieu. Photo Martin Le Guillou

Pour la 23ème année consécutive, le Sziget Festival revient encore une fois à Budapest sur l’île d’Obuda. Au milieu du Danube, nous avons vécu une semaine complètement folle sur « l’île de la liberté ». Une sorte de micro-état / ville sorti(e) de nulle part sans souci politique et où seul l’amusement est le maître-mot.

Ainsi du 10 au 16 août, nous avons fait BEAUCOUP d’activités entre concerts, animations sur le festival, visite de Budapest, interviews, apéros, plage… Nous allons tenter de vous présenter de la manière la plus complète qu’il soit tout ce que nous avons fait (ou non) au Sziget Festival, tous nos conseils et recommandations si vous venez et pourquoi on a qu’une hâte c’est d’y retourner en 2016 !

A l’entrée du festival on vous fournit un « passeport » : un petit guide avec tout ce qu’il faut savoir sur le festival. Nous vous invitons à le garder toujours près de vous et/ou télécharger l’application Sziget Festival qui n’est vraiment pas mal foutue. Croyez-nous, cela vous sera très utile voire complètement nécessaire.

Budapest

Comment parler du Sziget Festival sans parler de Budapest la capitale hongroise qui accueille le plus grand festival d’Europe ? Nous vous recommandons de venir plus tôt au festival pour visiter Budapest car durant le festival vous aurez moins le temps / la motivation pour cela. Si on vous propose le Sziget City Pass d’une valeur de 33€, préférez plutôt un système à 15€ environ pour vous permettre de voyager en illimité pour une période toute aussi longue, une espèce de carte en papier à demander aux services de transport.

Que ce soit de manière personnelle ou grâce au press tour offert par le Sziget Festival et l’Office du Tourisme de Budapest, nous avons pris plaisir à nous balader au travers des rues de la capitale hongroise. Budapest est très jolie et nous vous invitons fortement à aller y faire un tour. De plus, la ville n’est pas si grande, aussi la parcourir de long en large n’est pas très long avec le métro/tram.

De manière incontournable vous devez faire un tour aux thermes, ce qui pour notre part a eu lieu le lundi matin post festival : on ne vous raconte pas le bonheur total que cela a été après une semaine où notre corps a été soumis à rude épreuve.

Nous vous laissons le soin de vous renseigner sur les monuments et lieux incontournables à visiter. De notre côté, nous vous partageons notre expérience de Budapest en photos ci-dessous.

Photos Guillaume Ghrenassia et Martin Le Guillou

Festipay

Festipay - Festicard

Festipay – Festicard

Festipay est le système de paiement sans argent liquide présent sur TOUT LE FESTIVAL. Ainsi en arrivant, soit on récupérait une carte à puce pour 500 forints (moins de 2€) soit on prenait une montre de paiement d’une valeur de 33€. Pour notre part nous nous sommes contentés de la carte. Nous pouvions également récupérer une lanière pour environ 6€ pour la garder autour du cou en permanence ce que j’ai fait. Point fort : ces deux systèmes de paiement sont waterproof.

Comment fonctionne ce système de paiement ? Le festival prenant part en Hongrie, ils n’ont pas l’euro là-bas mais les forints, du coup, soit on rechargeait la carte avec notre CB, soit avec des forints. TOUTES LES TRANSACTIONS DU FESTIVAL SE FAISAIENT AVEC CE SYSTEME. Que ce soit aux bars, restaurants, stands de merchandising, boutiques de vêtements/accessoires : tout était payé avec ce système. Absolument aucun commerçant ne recevait d’argent liquide.

Entièrement satisfaits par ce système nous avons hâte de le voir se développer partout dans le monde dans les divers festivals. Ce système permet beaucoup de choses :

  • Gain de temps dans les transactions
  • Pas d’argent liquide/CB à transporter
  • En cas de perte/vol, on peut bloquer la carte et reporter le solde ailleurs après avoir fait enregistrer sa carte sur son portable

L’Apéro Camping (le French Camp)

Guillaume Ghrenassia - Blitzr.com - Sziget Festival 2015 (212)~1

Pour accéder au Sziget Festival il vous faut un ticket d’entrée : ticket journée / pass 5 jours / pass 7 jours. Une fois au sein du festival plusieurs solutions s’offrent à vous pour dormir : soit vous ramenez votre tente, soit vous en louez au festival. Pour planter votre tente là encore deux solutions sont face à vous : camping sauvage : vous vous calez où vous voulez partout dans le festival (pratiquement partout) OU vous intégrez un des campings « privés ». Ces campings sont souvent rattachés à des nationalités, ainsi on avait le camp Français du nom d’apéro camping, les anglais (le bridge), les italiens (la alternativa), les espagnols (la siesta). Cependant nul besoin d’être issu d’un de ces pays pour rentrer dans ces camps, tout le monde était le bienvenue, d’ailleurs beaucoup d’anglais entouraient ma tente.

D’une valeur de 65€ l’extension Apero Camping offrait divers avantages à ses festivaliers :

  • Wifi (attention tous les possesseurs d’iPhone 4 ou 4S n’arrivaient pas à y accéder)
  • Consigne gratuite
  • Casiers à verrous (payant)
  • Musique en continu jusqu’à l’aube (alors bon ça on en reparlera un peu plus bas)
  • Pas mal de zones ombragées
  • Présence de jumbo bags pour faire la sieste voire même carrément dormir la nuit
  • Des douches séparées et avec de l’eau chaude assez souvent
  • Des toilettes

Ainsi vous voyez que bien qu’a priori assez cher, le camp français offre un vaste panel de commodités des plus pratiques. De plus, peu avant l’entrée du French Camp, tout le monde était libre de venir consommer à l’apero bistro où Ricard, et spécialités culinaires françaises étaient présents, tout comme la piste de danse.

Tout ce qui est mentionné précédemment était renseigné en ligne lors de l’achat de l’extension Apero Camping. Cependant d’autres bonus se sont présentés par la suite que nous allons vous présenter.

18 étudiants kinés en dernière année / jeunes diplômés se sont retrouvés au Sziget Festival et dormaient en large majorité à l’Apero Camping. Peu avant le début du festival, ils ont contacté le service France du Sziget Festival pour les informer qu’ils étaient prêts à offrir des massages aux festivaliers qui le souhaiteraient. En pratique, cela a donné ce que vous pouvez voir ci-dessous.

Ceux qui se faisaient appeler « les indiens » étaient donc déguisés en indiens et chaque matin ils massaient tous ceux qui le souhaitaient entre 11h et 14h en gros. Ces massages bien-être étaient proposés à prix libre : ainsi on pouvait offrir des bières, de la nourriture mais aussi de la drogue, de l’huile d’olive… Recevant beaucoup de demandes et donc beaucoup de « paiements », ils étaient assez souvent tous plutôt bien bourrés une fois la fin du service quotidien.

Répondants aux moindres attentes des massés, ils nous aidaient à apaiser nos douleurs dans les différentes parties du corps avec des gestes tout à fait professionnels mais dans une ambiance ultra détendue. Ce n’est pas tous les jours qu’un kiné nous masse avec une peau de bête ou en bikini.

Retrouvez la Papahu Tai Tribe sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Papahu-Tai-tribe/807284909369045

Comme indiqué plus haut, de la musique était proposée pratiquement toute la journée jusqu’à l’aube, ainsi si vous prévoyez de dormir au camp français l’an prochain, prévoyez des boules Quies pour espérer pouvoir dormir, sans quoi nous vous garantissons que vous risquez de passer une sale et courte nuit.

Pour la petite anecdote, quand je revenais de soirée sur les coups de 3 ou 4h00, j’étais obligé de passer par la tente musicale du French Camp et ainsi je m’arrêtais tous les soirs ou presque pour danser encore un petit peu au son des vieux tubes français des années 80-2000 et partager un petit moment de franche rigolade entre francophones. Je dis francophones parce que beaucoup de belges étaient présents au festival avec nous.

Pour ma part, j’ai eu le malheur de laisser mes céréales quelques minutes au sol le temps de discuter, une fois récupérées elles étaient pleines de fourmis. :’( Donc faites gaffe à ces horribles bestioles qui étaient légions sur l’île du Sziget Festival.

Pour finir de décrire l’esprit de l’apéro camping, je rajouterais ceci, à toute heure (je dis bien A TOUTE HEURE) des gens gueulaient « APERO ! » et tout le camping répondait en écho. C’était rigolo, sauf à 5 heures du matin.

À propos de l'auteur

Guillaume Ghrenassia

Guillaume Ghrenassia est autoentrepreneur en rédaction de contenus, blogueur et pigiste sur plusieurs médias. Il a plusieurs passions dont les jeux vidéo, les séries TV, les BD et mangas, la musique, le luxe et est également un grand épicurien.

2 Commentaires

Laisser un commentaire