Foodporn

Les Indiana Café et leur nouvelle carte aux saveurs américano-mexicaines par Kristin Frederick

Si les Indiana Café sont un endroit intéressant pour ceux qui cherchent un coin où se poser avec du wifi pour travailler en journée, le soir ils sont pas mal connus pour leurs happy hours. Mais pour ma part cette enseigne m’est tout de même pas mal inconnue. J’ai un souvenir d’y avoir pénétré les lieux une fois il y a près d’un an.

Les Indiana Café ont récemment refait leur carte grâce à l’appui de Kristin Frederick, dont pour beaucoup le nom ne dit rien, mais pour moi il me parlait déjà plutôt pas mal. Kristin est la fondatrice du Camion Qui Fume. Si vous êtes un habitué du MK2, vous avez forcément vu ce camion à burger devant le cinéma et sa toujours très longue file d’attente. Indéniablement une adresse que je vous recommande. Elle a été une des premières à se lancer dans le food truck game et désormais elle possède un restaurant en dur dans Paris. Originaire de Californie où c’est très courant là-bas, elle s’étonnait de ne pas en avoir par chez nous.

Kristin Frederick

Donc cette charmante demoiselle désormais bien connue dans le milieu de la restauration parisienne s’est vue offrir la possibilité de refaire la carte des Indiana Café. Pour cela, c’est dans ses origines californienne proche Mexique qu’elle a puisé son inspiration.

Nous voilà désormais à la table du restaurant pour un déjeuner presse particulièrement généreux. 2 entrées, 4 plats, 2 desserts. Très rarement bénéficié d’autant lors d’un déjeuner presse je dois dire. Et encore, tout cela ne représentait qu’une partie des nouveautés apportées par Kristin à la carte des Indiana Café.

Notre aventure culinaire débute donc avec deux entrées (et un cocktail) : des mozzarella sticks et des quesadillas veggie. TOUTES les photos à suivre étaient des assiettes pour plusieurs personnes (afin de nous permettre de tout goûter sinon on allait exploser). Rien à dire sur chacun de ces 2 éléments, très très bons ! Le guacamole sublime encore plus le produit final.

Attaquons le gros du morceau désormais avec les plats. On y va en douceur avec la salade de saumon fumé. Bon c’est probablement la seule fausse note du repas à mon sens MAIS c’est parce que j’aime pas le saumon fumé, alors forcément je ne peux pas blâmer le restaurant pour cela. Si on omet le saumon fumé, le reste de la salade est ma foi tout à fait sympathique.

Viendront ensuite les tacos au poulet que nous avons bien galéré à sortir de leurs socles. Comme on pouvait s’en douter, une saveur épicée en ressortait, fallait s’y attendre. Je suis pas très spicy food mais ça va ça reste raisonnable, surtout quand on a été faire un tour dans les kebabs israeliens.

Indéniablement mon coup de coeur sur ce repas : les fajitas de boeuf. Accompagné de crème fraiche, guacamole et autres condiments, une fois tout ceci mélangé, c’est un véritable bonheur pour mes papilles. Kristin, tu as géré de ouf sur ce plat !

Enfin, on ne pouvait évidemment pas passer à côté du burger accompagné de frites et patates douces. Ce n’est très clairement pas le meilleur burger que j’ai goûté à ce jour mais il se laissera manger sans difficultés. Les frites sont assez standards mais celles de patates douces sont appréciables.

Enfin, le coup de grâce sera apporté avec le cheesecake (dont en général je ne suis pas fan) et le brownie. Le cheesecake était vraiment très savoureux et pas lourd. On ne peut pas forcément en dire autant sur le brownie niveau légèreté. La glace apposée en topping adoucit la chose.

Je devais aller déguster des chocolats après cet événement mais très clairement j’ai abandonné l’idée tant mon vendre ressemblait à celui de mes copines enceintes.

Enorme merci à l’agence Dupont Lewis et les Indiana Café pour cette invitation (et les quelques goodies remis à la fin), au plaisir de partager d’autres moments food ensemble !

À propos de l'auteur

Guillaume Ghrenassia

Guillaume Ghrenassia est autoentrepreneur en rédaction de contenus, blogueur et pigiste sur plusieurs médias. Il a plusieurs passions dont les jeux vidéo, les séries TV, les BD et mangas, la musique, le luxe et est également un grand épicurien.

Laisser un commentaire